Loading...
mon compte
Mon compte
 
Trouvez votre prestataire

parmi près de 60 000 professionnels présents dans nos annuaires
de la création et de la communication

Rechercher
ou
Déposez gratuitement votre appel d'offres Inscrivez-vous dans nos annuaires
 
 
<< Retour aux fiches pratiques

Comptabilité et entreprise de presse

Comptabilité et entreprise de presse Publié le 03 Juillet 2018 par Fiches pratiques architectureFiches pratiques arts-graphiquesFiches pratiques photographieFiches pratiques imprimerieFiches pratiques communicationFiches pratiques événementielFiches pratiques audiovisuelFiches pratiques multimediaFiches pratiques marketingFiches pratiques mediaFiches pratiques juridique

Petits rappels sur les problématiques des entreprises de presse.

I - La problématique des ventes

Dans le cas des ventes au numéro :


  • Le montant des exemplaires remis en dépôt aux sociétés de messagerie est inscrit immédiatement dans les produits de l’entreprise (compte 70121 "Fournitures aux messageries"). La contrepartie est un compte client 4111 "Consignataires à la vente",

  • Au terme d’un certain temps, les exemplaires invendus sont retirés de la vente et restitués à l’éditeur. Dans l’attente de la certitude des quantités et valeur de retour, on utilise et on débite le compte 70129 "Invendus reconnus" (par le crédit du 4111),

  • A la clôture de l’exercice, il convient de déduire du montant des exemplaires remis en dépôt, les invendus non encore reconnus par le débit du compte 70125 "Variation des invendus" à rentrer par le crédit du compte 4119 "Invendu à rentrer". Les états de messageries sont impératifs à suivre et une bonne compréhension de ces états s’impose.

Dans le cas d’une vente par abonnement


  • Lors de la souscription, les abonnements sont enregistrés au crédit du compte 4871 "Abonnement restant à servir" par le débit du compte de trésorerie. Le compte 4871 est un sous compte du compte 487 "Produit constaté d’avance" car les abonnements constituent un produit qui court dans le temps et qu’il est impossible de constater en une seule fois. Comme l’entreprise de presse est assujettie à la TVA sur les encaissements, la TVA est comptabilisée en même temps que la recette est reversée lors de la prochaine déclaration,

  • A la clôture de l’exercice, il convient de déterminer le montant des abonnements servis et non servis. Les abonnements servis font l’objet d’une écriture dans le compte 70121 "Vente par abonnement",

  • Les abonnements restant à servir doivent être reconnus soit sur une base linéaire par rapport au temps, soit, si la valeur des articles expédiés varie d’une période à l’autre, au prorata de la valeur de vente des articles restant à expédier, par rapport à la valeur totale des articles couverts par la souscription des abonnements. Un suivi rigoureux des abonnements s’impose soit par un prestataire extérieur, soit par un logiciel approprié.

II - La problématique de la TVA

Les publications périodiques remplissant les conditions requises pour avoir la qualité de publication de presse, sont soumises au taux de TVA à 2,1 %.

Quelles sont ces conditions ?

Les publications doivent présenter un lien direct avec l’actualité et un rapport éditorial significatif. Elles doivent en outre remplir simultanément les conditions suivantes :

  • Présenter un caractère d’intérêt général quant à la diffusion de la pensée,

  • Satisfaire aux obligations de la loi sur la liberté de la presse,

  • Paraître régulièrement au moins une fois par trimestre sans qu’il puisse y avoir un intervalle supérieur à quatre mois entre deux parutions,

  • Faire l’objet d’une vente effective au public à un prix marqué ayant un lien réel avec les coûts, sans que la livraison de la publication soit accompagnée de la fourniture gratuite ou payante de marchandises ou de prestations de services sans lien avec son objet principal,

  • Ne pas avoir plus de deux tiers de leur surface consacré aux annonces classées (sans que celles-ci n’excèdent la moitié de la surface totale), à la publicité et aux annonces judiciaires et légales,

  • Ne pas être assimilables à certains écrits tels que : feuilles d’annonces, tracts, guides, prospectus, catalogues, almanachs, répertoires, index, lexiques, cotations, horaire, et programmes. Les publications ayant pour objet essentiel l’insertion, à titre d’information, des programmes de radiodiffusion et de télévision ou des cotes de valeurs mobilières, sont toutefois susceptibles de bénéficier du régime de la presse,

  • Ne pas être susceptible de choquer le lecteur par une représentation dégradante de la personne humaine portant atteinte à sa dignité et à la décence ou donnant de la violence une image favorable.
Pour en savoir plus sur la problématique des entreprises de presse, lire notre fiche pratique en cliquant sur le lien ci-dessous.




Eric Hainaut
Expert-Comptable et Commissaire aux Comptes
Spécialiste des métiers de la création et de la communication


Retrouvez notre fiche complète et téléchargeable sur Com'Com : "Comptabilité et entreprise de presse"

Partagez cet article !

  • Facebook
  • Twitter
  • Google+
  • LinkedIn
  • Viadeo